Décor Sonore

Histoire

En 1985, Michel Risse expérimente avec Pierre Sauvageot sur des instruments électroniques, ordinateurs et échantillonneurs balbutiants de l’époque, mais aussi sur les matières acoustiques brutes de notre quotidien.

De ce premier studio sortent les musiques de nombreuses créations sonores et spectaculaires en espace libre. On se souvient particulièrement de Ballet Mécanique qui en 1989 met en scène et en ondes une multitude de sources sonores mobiles, animées par deux trains de chantier, quatre tractopelles, une grande roue foraine, deux grues et trois hélicoptères...

Puis c’est Grand Mix, concert-événement qui rassemble sur une même scène l’orchestre philharmonique des pays de la Loire, les Tambours du Bronx, les voix bulgares de l’ensemble Trakia, le pianiste Antoine Hervé et les percussions pyrotechniques de Jean-Marie Chesnais.

Les personnages haut-parleurs Des Corps Sonores, projetant dans l’espace des compositions octophoniques, naissent en 1994 et amènent Décor Sonore à travailler sur un projet commun avec la Cie Oposito, le Cinématophone, véritable fanfare électrolyrique qui continue à faire le tour du monde.

Conventionné depuis 1999 par le Ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Ile-de-France, Décor Sonore poursuit la diffusion de ses productions en tournée en France et à l'étranger (Les Chantiers de l’O.R.E.I., Instrument|Monument, Le Don du Son et ses Collections, Les Monstrations Inouïes ! ...) et la création de nouveaux spectacles sonores (Jardin Sharawadji, Urbaphonix) sous la direction artistique de Michel Risse.