Décor Sonore

La Place des Beaux-Sons

CREATION 2018

Jardinages acoustiques dans le 13e arrondissement de Paris : la place des beaux sons dans la ville.

Tout a commencé par une proposition de la coopérative De Rue et De Cirque / 2R2C, en préfiguration de son arrivée rue Watt dans le 13ème arrondissement de Paris. Une sorte de résidence de création sur ce territoire, que nous avons envisagée comme une opportunité de recherches, d’expérimentations, de rencontres. Avec, toujours, cette idée simple en tête : cultiver la friche pour la transformer en paysage, ou tout au moins cultiver l’écoute que nous en avons.

Cette résidence s’est concrétisée en une série de véritables créations musicales contextuelles, emboîtées les unes dans les autres : des balades d’écoute Borderliners augmentées de «jardinages acoustiques» – dont des expérimentations de sons qui viennent du ciel –, une installation sonore évolutive dans le tunnel de la rue Watt aboutissant à un concert nocturne (SharaWatt-Ji : un Nocturne dans la rue Watt), un Concert\Concret, et enfin l’inauguration officielle du premier point d’ouïe de Paris (mais qu’est-ce qu’un point d’ouïe ?)… Actions toutes reliées par cette même question : quelle est, sur ce territoire en mutation, dans la ville et dans la vie, la place des beaux sons ?

Après cette aventure, qui tient tout à la fois de la recherche/action, de l’activisme en écologie sonore et de la création in situ, il nous paraît évident que le monde est en demande d’autres places des Beaux-Sons, de rues des Beaux-Sons, d’allées des Beaux-Sons, d’avenues, de promenades, de chemins des Beaux-Sons. Nous sommes prêt(e)s à en créer partout sur la planète.

Galerie

Balade Borderliner autour de la rue Watt Balade Borderliner autour de la rue Watt Balade Borderliner autour de la rue Watt Balade Borderliner autour de la rue Watt Balade Borderliner autour de la rue Watt Balade Borderliner autour de la rue Watt Balade Borderliner autour de la rue Watt Tunnel de la rue Watt Balade Borderliner autour de la rue Watt

Équipe

Conception générale et direction musicale : Michel Risse
Direction technique : Renaud Biri
Régie artistique et technique : Arnaud Jardin, Marie-Lys Polchlopek, Maximilien Neujahr
Musicien(ne)s : Basile Chassaing, Volodia Lambert, Takeshi Tajiri, Kaori Tsutsui, Natsumi Takahashi, Blandine Jeanson-Chérubin
Et la gracieuse participation de Jacques Rémus et ses thermophones
Les musiciens de l’Harmonie La Sirène étaient dirigés par Fabrice Colas

Mentions

Merci à Gilles Pineau et à toute la Cité de refuge de l’Armée du Salut pour son hospitalité pendant toute cette résidence.
En coproduction et avec l’appui logistique de la Coopérative De Rue et De Cirque, et avec le soutien de la Ville de Paris et de la Région Ile de France.

Télécharger

Qu’est-ce qu’un point d’ouïe ?

Qu’est-ce qu’un point d’ouïe, ou point d’écoute ?
C’est l’équivalent du point de vue, du panorama ou du belvédère, mais pour les oreilles. Celui de notre « place des Beaux-Sons » n’est pas un cas unique : il y en a même beaucoup sur la planète, cependant la plupart sont situées ordinairement dans des zones calmes ou, sinon « naturelles » (un adjectif à manier avec précaution), peu urbanisées. 

Le premier point d’ouïe parisien

Nous sommes donc, d’abord et avant tout, allés écouter ce quartier de la rue Watt ; et c’est au cours des premiers repérages, en se laissant mener par le bout de l’oreille, que nous avons découvert ce qui à l’évidence était un magnifique «point d’ouïe». Un cas plutôt rare et inattendu dans la capitale française, qui nous a donné envie de le signaler en inaugurant officiellement le premier point d’ouïe de Paris.

Borderliners autour de la rue Watt

Ces balades, initiées en 2014 sur les zones frontières du nord de Paris (voir Borderliners), sont toujours conçues comme des marches d’écoute collective d’un territoire, autant pour découvrir le paysage d’un quartier que pour sensibiliser celles et ceux avec qui nous l’écoutons, qui peuvent être aussi bien des riverains que des aménageurs ou des élus. En effet, l’oreille nous guide vers des lieux que les yeux nous cachent et nous montre des aspects invisibles de notre environnement.

SharaWatt-ji : un Nocturne dans le tunnel de la rue Watt

Le Nocturne est un genre musical : au XVIIe siècle, il désigne une suite de pièces de divertissement pour petit ensemble instrumental, exécutée le plus souvent de nuit et en plein air.

Tout le tunnel de la rue Watt, avec son acoustique exceptionnelle, a été le lieu d’une installation sonore acousmatique et évolutive durant les deux semaines de présence de la compagnie.