Décor Sonore

Marcel Baudot à l’Abbaye de Noirlac

Selon la légende, Marcel Baudot, chercheur en paléophonie et fondateur de l’O.R.E.I. (Organisation des Recherches sur les Environnements Invisibles), séjourna à l’abbaye de Noirlac à la fin des années 1930.

On pense qu’il y avait localisé un important gisement de résurgences acoustiques fossiles, en particulier dans la Salle des Moines, où il installa un laboratoire de fouilles paléophoniques, à la recherche de traces de sons du passé. Pendant ses recherches à Noirlac, Baudot perfectionna son fameux Détecteur Individuel et Portatif d’Acousmates (DIPA), dispositif composé d’un ensemble de détection et d’écouteurs capables de capter de mystérieuses manifestations électroacoustiques.

Alors qu’il mène ses recherches à Noirlac, Baudot remarque dans la salle des moines une sorte d’écusson sculpté dans la pierre de la cheminée : deux spires s’opposant comme des antennes d’insecte y sont figurées. Baudot, dans son obsession pour les spirales, les interprète comme une sorte de message à capter un signal par-delà le temps. C’est en approchant les spires de son détecteur primitif en direction de la cheminée qu’il perçoit les premières manifestations paléophoniques de la salle.

La guerre a hélas tragiquement interrompu des recherches qui s’annonçaient fructueuses. Or, tout le laboratoire de Baudot avait été caché dans les murs du Noviciat, et vient d’être miraculeusement retrouvé et remis en état de marche ! Aujourd’hui, la machine et les notes laissées par Baudot nous invitent à un voyage dans le temps, à l’écoute du passé et à la poursuite de ses recherches acousmatiques.