Décor Sonore

Scriptophonie - Calligraphonie

Parmi les outils spécifiques développés pour cette création, le « scriptophone » réintègre curieusement la notion de « texte » dans cet univers sonore. Il s’agit en effet de donner à entendre le « grain », le « toucher » d’une surface frottée, ainsi que les infinies variations produites par les accélérations, déplacements, points, traits, pleins et déliés d’une pointe sur ce support.

En somme, il s’agit d’une « pointe de lecture » conçue non pas pour lire un disque, mais les murs. Cette pointe peut suivre des graphes existants, traduire les joints réguliers des pierres en pulsations rythmiques, ou au contraire les blessures et lézardes en accidents sonores, ou encore laisser des traces calligraphiques de lettres, symboles, idéogrammes, signes… À l’échelle d’un mur ou d’une façade, le geste du calligraphe rejoint celui du danseur, et de la beauté du geste dépend à la fois celle de la trace et du son.

C’est là où l’on rejoint l’idée du Jeu des perles de verre : ces traces ne sont pas des poèmes complets, mais des énigmes, des formules, des aphorismes, des dates, des rébus, des « calembours graphiques »qui jouent, encore une fois, autant du contexte (surface, reliefs, obstacles, fonctions et mémoire de l’édifice…) que de leur propre contenu pour créer du sens, et, bien sûr, du son. Que seraient nos villes si tous les tags recouvrant les murs étaient en réalité des calligrammes, proverbes chinois, démonstrations mathématiques, constellations astronomiques… des perles de verre ?…