Décor Sonore

I|M depuis 2004

2015
Camera Sonora
- Eglise Saint-Hilaire, Festival Les Nuits Romanes, Melle, France

2012
Le Navire Théâtre
- Théâtre de Cornouaille, Festival Sonik, Quimper, France

2011
AudioVolvo - Garage Volmax, Stokke, Norvège
Campus Sonoris - Place Jussieu et campus Université Pierre et Marie Curie, Journées du patrimoine & résidence d'artiste à l'UPMC, Paris
Primo Piano - Scuola della Misericordia de Venise, production Alice Evènements, Italie

2010
WaveFront - Hôtel Mercure, festival international des arts de la rue et biennale d'architecture de Bat-Yam, Israël
Anstimmen - Ville de Trieben, festival REGIONALE10, Autriche

2008
IntonaRivoli - Château de Rivoli, festival Teatro a Corte, Italie
Spectropera - Opéra du Caire, Egypte

2007
Château Fortissimo - Château Fort, festival Mémoire Vive à Blandy-les-Tours
Opéra de Fer - Opéra de Graz , festival La Strada à Graz , Autriche
Pont sur l’onde - Passerelle des Arts, festival de l’Oh! à Nogent sur Marne
Retour aux sources - Anciens thermes d’Encausse, festival les Pronomades à Encausse-les-Thermes

2006
Bruits roses - Place du Ralliement, festival les Accroches-Cœurs à Angers

2005
Ondines et Sirènes - Piscine St Georges, festival Les Tombées de la Nuit à Rennes
Une petite musique de cour - Hôtel de Beauvais, festival Les Rythmes du Marais à Paris

2004
Dehors/Dedans - Le Manège de Reims
Par-dessus le Marché - Place de la Condamine à Monaco
In Cage - Square de la roquette à Paris
Terra Incognita - Remorqueur Holland & gare maritime de Terschelling, festival Oerol, Pays-Bas

 

Créations particulières en lien avec Instrument|Monument

Tambour|Beaubourg - Ouverture des Rendez-vous électroniques, Centre Georges Pompidou, Paris (2000)

La Péniche instrument - Festival de l'Oh!, Paris et Région parisienne (2003)

Loco-émotives (La Rotonde Instrument) - Mémoires Vives, Rotonde de Longueville (2003)

Quatre euros d'opéra - 1ère conjugaison de Futurs Composés, Opéra Comique, Paris (2006)

Un Accord des Cordeliers - Semaine du Son, Réfectoire des Cordeliers, Paris (2010)

AudioVolvo - Inauguration de Volmax, Stokke, Norvège (2011)

Camera Sonora - Eglise Saint-Hilaire, Festival Les Nuits Romanes, Melle, France, septembre 2015

Invités à créer un Instrument|Monument pour la clôture des Nuits Romanes et l’église St Hilaire de Melle, Décor Sonore a choisi d’inviter KompleX KapharnaüM à créer ensemble camera sonora, une forme inédite dans laquelle le site et le contexte sont toujours instrument de musique et source d’inspiration première de la composition, mais où le travail vidéo a révélé en direct des dimensions restées jusque là invisibles, tant dans les objets que dans les gestes ou les mémoires.
 

Le Navire Théâtre - Théâtre de Cornouaille, Festival Sonik, Quimper, mai 2012

Sous son apparence massivement quadrangulaire et ses façades de bardeaux, le Théâtre de Cornouaille dissimule pudiquement des superstructures évoquant étrangement celles d’un tout autre type de bâtiment : le bâtiment naval, avec ses ponts supérieurs, coursives, passerelles et grandes cheminées de paquebot transatlantique. C’est peut-être une invitation au voyage, celui qu’on espère faire chaque fois que l’on prend place dans une salle de spectacle pour assister à une pièce ou un concert ? Ici, ce sera l’émotion de ceux que les départs font plus rêver que les destinations ; de ceux qui préfèrent, au voyage en cabine, le frisson du spectacle d’un grand navire partant voguer sur les ondes acoustiques…

AudioVolvo - Garage Volmax, Norvège, octobre 2011

Un instrument constitué d’un atelier de mécanique ultramoderne de poids lourds Volvo, à l’occasion de son inauguration. Poutrelles, air comprimé, outils, pompes à lubrifiants, élévateurs électriques, benne à ordures ménagères et camion plateau L38 Viking Volvo de 1952.

Campus Sonoris - Université Pierre et Marie Curie, Journées Européennes du Patrimoine - septembre 2011

Pour le lancement de sa résidence 2011-2013 à l’UPMC (Université Pierre et Marie Curie à Paris), et dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine, Michel Risse fait de l’université le théâtre d’une expérience unique, le temps d’un parcours concert spectaculaire qui n’a jamais pu et ne pourra jamais être entendu ailleurs.  Cette nouvelle création d'Instrument|Monument déchiffre l’architecture de l’UPMC comme une partition, écoute ses structures et son mobilier comme autant d’instruments de musique, pour faire retentir l’espace public, faire sonner le campus : Campus sonoris.

Primo Piano - Scuola della Misericordia de Venise, production Alice Evènements, Italie, janvier 2011

Construite entre 1534 et 1583, la Scuola della Misericordia est l’une des six scuole grande, vestiges des riches confréries de patriciens, notables et marchands vénitiens. Après sa conversion en lieu militaire au XVIIIème siècle puis en salle de sports au XIXème siècle, il ne reste plus de ses splendeurs artistiques que les fresques de la vaste salle du chapitre de l’étage, réalisées par l’atelier de Véronèse, aujourd’hui défendues par un treillis d’échafaudages que Décor Sonore a transformé en structure musicale polyrythmique, le temps d’une seule et unique soirée.
 

WaveFront - Hôtel Mercure, festival international des arts de la rue de Bat-Yam, Israël, september 2010

En acoustique, un front d’onde est la surface de propagation d’une émission sonore, lumineuse ou électromagnétique. Frontal, vertical, l’hôtel Mercure se dresse face à la Méditerranée sur la plage de Bat-Yam, banlieue industrielle de Tel-Aviv que la croissance a poussé jusqu’à la mer. Architecture typique de la promotion immobilière d’un “front de mer” de la fin du XXème siècle, l’hôtel Mercure est une tour de 70 mètres posée sur un “mall”, gigantesque hall éclairé d’une verrière, une superposition verticale de blocs de béton revêtus de dalles minérales. Ce sont les surfaces de ce lithophone que la compagnie Décor Sonore a fait vibrer, comme en écho aux ondes de la Méditerranée, devant le public populaire du Bat-Yam festival, placé cette année sous le signe de Music : urban sound and rhythmet jumelé avec la Biennale internationale du paysage urbain (Landscape Urbanism Biennale).

Anstimmen - Ville de Trieben, festival REGIONALE10, Autriche, juin 2010.

Pour cette création exceptionnelle, commandée pour l’ouverture d’un nouveau festival d’arts contemporains, la partition de Michel Risse conçue pour Décor Sonore s’élargit aux cloches d’église, à la permanence du bourdonnement industriel, et à la participation de cors des montagnes, de chœurs d’adultes et d’enfants et de fanfares ouvrières ainsi qu’aux voix solistes de Monika Trotz et de Kristof Hiriart.
Un spectacle d’art sonore  pour nous inviter à écouter plus loin dans l’espace et dans le temps, pour harmoniser la ville, « donner le ton », en Allemand : ANSTIMMEN.

IntonaRivoli - Château de Rivoli, festival Teatro a Corte, Italie, juillet 2008.

En auscultant le château de Rivoli, on peut entendre une partition emboîtée de formes et d’histoires. Des formes, massives comme une forteresse, d’autres graciles et légères, d’autres pures et graphiques, ou presque invisibles et fantômatiques. Une construction née d’un enfant imaginatif, qui aurait mélangé avec bonheur plusieurs boîtes de jeux. Et à l’intérieur, d’autres mondes intérieurs : installations, signes, écritures, empreintes, traces, autant de pistes sonores à décrypter sur ce grand orgue de pierre, de briques, d’acier et de verre. IntonaRivoli est aussi un signe adressé à Luigi Russolo, cet artiste italien fameux pour son Manifeste de l’art des bruits, et qui rêva il y a près d’un siècle de métamorphoser la musique, en donnant à entendre les sons de son époque par de nouveaux instruments de son invention, les intonarumori.

Spectropera - Opéra du Caire, Egypte, juillet 2008.

Tout Opéra a son fantôme ; celui du Caire, forme blanche et neuve au centre de la ville la plus bruyante du monde, est comme habité par un autre Opéra, celui qui disparut dans les flammes en 1976, et où rôde encore le fantôme d’Aïda. Mais le spectre d’un son, c’est aussi la représentation de son contenu fréquentiel, du plus grave au plus aigu : Décor Sonore explore, révèle et met en scène les résonances et le paysage sonore, pour nous donner une nouvelle représentation – non pas à l’Opéra, mais de l’Opéra.

SPECTROPERA a été présenté dans le cadre des manifestations liées à la Présidence française de l’Union Européenne et des 20 ans de l’Opéra, sur invitation de l’Ambassade de France en République Arabe d’Egypte, de Ministère égyptien de la culture et de l’Opéra du Caire.

Château Fortissimo - Château Fort, festival Mémoire Vive à Blandy-les-Tours, septembre 2007.

Après des années de patiente restauration, le château de Blandy-les-Tours s’offre enfin au public. Un vrai château fort du XIIIe siècle, flambant neuf comme un décor de film de chevalerie ou d’un jeu de « dragons et donjons » ! Pour redécouvrir ce symbole d’un monde médiéval profondément enfoui dans notre imaginaire, Décor Sonore ouvre des passages secrets dans le monde sonore actuel de ce gigantesque phonolithe : respiration des pierres, résonances des créneaux, chant de herses et de pont-levis, bulles des sources et des puits, de quoi réveiller les esprits qui hantent ces lieux imprégnés de siècles d’histoire. Chorégraphique, pyrotechnique, acrobatique, poétique et spectaculaire, ce monument métamorphosé en instrument sera surtout musical, pour faire vibrer le public avec le château : fortissimo !

Opéra de Fer - Opéra de Graz , festival La Strada à Graz , Autriche, juillet 2007.

Edifié en 1899 dans le plus pur style « rococo », l’Opéra de Graz en Autriche cohabite aujourd’hui avec une autre œuvre monumentale : Lichtschwert (1992), du plasticien Hartmut Skerbisch, une étrange réplique à l’échelle 1 :1 du squelette métallique de la fameuse statue de la Liberté. Durant dix jours, l’équipe d’Instrument|Monument interroge ce concentré historique et géographique, ces accumulations de symboles culturels et politiques, donnant à entendre l’Opernring comme un vaste jardin sonore dont les murs vibrent, les colonnades résonnent, les balcons chantent, les poutrelles parlent. Sous les doigts et les baguettes des interprètes de cette création, c’est une troisième construction immatérielle de lumière et de son qui va naître de l’auscultation de l’architecture et de sa mémoire.

Pont sur l’onde - Passerelle des Arts, festival de l’eau à Nogent sur Marne, mai 2007.

Premier pont métallique de l’Histoire de France, construit à l’origine sur la Seine, la « Passerelle des Arts » de Nogent-sur-Marne est un de ces innombrables témoignages d’un passé en apparence révolu et silencieux. Pourtant cet objet symbolique, représentation tangible de l’abolissement des frontières entre les peuples et les idées, a accumulé dans ses matériaux et sa structure toute une mémoire audible. Une mémoire du temps – ce temps qu’on représente si souvent par de l’eau qui coule sous les ponts – et une mémoire des sons – ondes invisibles du passé. Dans cette création onirique, Décor Sonore jette une nouvelle fois des passerelles entre les arts du concert, du théâtre, de la prouesse physique et technologique, de l’humour et de la poésie.

Retour aux sources - Anciens thermes D’Encausse, festival les Pronomades à Encausse-les-Thermes, mai 2007.

Personne ne vient plus prendre les eaux bienfaisantes de l’immémoriale source d’Encausse depuis bien longtemps déjà. Comme le petit prince qui se désaltérait du son de la poulie d’un puits dans le désert, l’équipe d’Instrument|Monument va sonder les anciens thermes avec ses baguettes de sourciers durant une semaine, à l’écoute de l’esprit des lieux. De cet établissement thermal définitivement endormi vont sourdre les sons fantomatiques des bains, des murs, des flacons, des douches… Le temps d’un soir, les Bains seront donnés à entendre comme vous ne les verrez jamais plus, pour un ultime jaillissement de sons et d’ondes mémorielles, un dernier ballet flamboyant avant leur future métamorphose en centre de création, en nouvelle source d’inspirations.

Bruits roses - Place du Ralliement, festival les Accroches-Cœurs à Angers, septembre 2006.

En acoustique, le « bruit blanc » reproduit toutes les fréquences du spectre audible par l’oreille humaine. Le « bruit rose », lui, est « coloré » par une énergie augmentée des fréquences graves, auxquelles sont sensibles d’autres organes de notre corps. Pour « les Accroche Cœurs » d’Angers, placés sous le thème de « la vie en rose » L’Instrument|Monument explore la Place du Ralliement : résurgences acoustiques d’édifices disparus, mémoire paléophonique des pierres, échos du grand théâtre, harmoniques des candélabres et du mobilier urbain, ondes des fontaines… Un parcours circulaire pour 6000 personnes, partant des pulsations du cœur souterrain de la place, rayonnant dans la circulation de sons, d’engins et de personnages, s’élevant dans les résonances des balcons haussmanniens… jusqu’aux figures de pierre, surfaces de verre et cimes de zinc du théâtre.

Ondines et Sirènes - Piscine St Georges, festival Les Tombées de la Nuit à Rennes, juillet 2005.

Pour nous guider dans ce parcours où la réalité dérape dans l’onirique, le poétique et le musical, des personnages aveugles apparaissent, sondent l’espace sonore de leurs cannes blanches, et nous font entendre les sons comme nous ne les avons jamais vus. Ils nous entraînent à l’intérieur de la piscine, théâtre d’un ballet dont toute la musique émane du lieu lui-même, de son mobilier et de ses objets. Dans une atmosphère vaporeuse, les portes des cabines, les rambardes de la mezzanine, les plongeoirs, les planches et bouées deviennent des instruments sous les doigts de personnages maître nageurs, baigneurs, pêcheurs, hommes-grenouilles, lavandières qui organisent toutes ces sonorités selon une partition aussi absurde qu’implacable. Chaque objet-son devient un personnage. L’eau elle-même devient source d’images sonores, la piscine sonne comme un bateau, un rivage, un océan… La piscine fume, la musique devient de plus en plus énergique, les personnages sont maintenant répartis dans tout l’espace du bâtiment, et exécutent le final sur l’ensemble de la piscine-instrumentarium.

Une petite musique de cour - Hôtel de Beauvais, festival Les Rythmes du Marais à Paris, mai 2005.

Une petite musique de cour » puise son inspiration dans le site même de l’hôtel de Beauvais, qui est aujourd’hui la cour administrative d’appel de Paris et fut autrefois la demeure de W.A. Mozart. Dans cette forme intime d’Instrument|Monument, à la croisée du concert, du ballet, du théâtre et du rituel magique, les artistes agissent comme des révélateurs qui font ressurgir la mémoire du lieu en le donnant à entendre.

Dehors/Dedans - Le Manège de Reims, septembre 2004.

Pour son ouverture de saison et la journée du patrimoine, Le Manège, scène nationale de Reims, invite Décor Sonore à travailler sur son magnifique cirque d’hiver. Plus de 1000 personnes viennent découvrir la musicalité de la cour dans un concert d’ « ouverture » de grilles, portes, perrons, fenêtres, bancs et gouttières avant de s’engouffrer dans le cirque. Là, le spectacle sonore est partout, depuis le grill technique à 18 mètres de haut jusqu’aux piliers de fonte, gradins, lustres et parapets, en passant par la piste elle-même sur laquelle glissent et tournoient les personnages suspendus, comme dans un manège.

Par-dessus le Marché - Place de la Condamine à Monaco, août 2004.

Le 9 août, à la nuit tombée, la place du marché se métamorphose ; fontaine, balançoire et jeux d’enfants, kiosque à journaux, lampadaires, terrasses et pavés sont à la fois les scènes et les instruments d’un concert spectaculaire et poétique.

In Cage - Square de la roquette à Paris, juin 2004.

A l’emplacement du joli square de la roquette s’élevait il n’y a pas si longtemps l’établissement pénitentiaire de « La petite roquette », la prison des femmes de Paris. Pour « Itinérance rue », la création In Cage joue sur l’omniprésence des (bien involontaires) rappels de l’univers carcéral de ce site (grilles, cages de trappes de désenfumage, barreaux, béton armé, « cages » du terrain de sport…) … avec une pensée affectueuse pour John Cage. Au lieu d’un travail sur la verticalité, c’est à un parcours en trois mouvements que le public est invité, guidé par des personnages aveugles et le son des trousseaux de gardiennes en uniforme. Après les sonorités liquides des fontaines, le terrain de sport est le théâtre absurde et poétique d’un match mélangeant toutes les disciplines, et dont les règles ne sont que musicales. Enfin, le public est à son tour enfermé dans l’espace Olympe de Gouges pour le dernier mouvement, avant d’être lui-même dirigé pour un concert de clés. Au cours de la résidence de création sur site, la compagnie a offert au public du quartier des « visites guidées du paysage sonore », dont certaines en compagnie de non-voyants : initiation à l’écologie sonore, écoute de l’environnement et d’objets urbains par micros et stéthoscopes, sensibilisation à la mémoire collective des sons… Des ateliers de création sonore ont également été organisés, au cours desquels les participants ont apporté des objets sonores de leur univers personnel, domestique et quotidien, aboutissant à un concert final.

Terra Incognita - Remorqueur Holland & gare maritime de Terschelling, festival Oerol, Pays-Bas, juin 2004.

Pour l'ouverture du fameux festival international Oerol, la gare maritime de l'île de Terschelling (Pays-Bas) et l'historique remorqueur Holland sont transformés en théâtre sonore devant 5000 spectateurs. Dans Terra Incognita, pièce en trois mouvements, les artistes sortent de la cheminée, évoluent sur les mâts, les manches à air, le grand portique élévateur et les bouées métalliques, et font du site une gigantesque boîte à musique rythmée par le colossal Diesel 10 cylindres à 240 tours/minute du remorqueur. Des messages radio de détresse, envoyés par les bateaux secourus par le Holland, s’écoulent des haut-parleurs de la gare ; la partition entraîne dans son final les cloches de la ville et les cornes de brume du port… Le projet Instrument|Monument a largué ses amarres.